Le futur de vieillir

Les Rencontres d’Hippocrate… lundi 1 octobre 2018 à 18 h 30

Station Ausone, librairie Mollat, Bordeaux

Jean-Pierre MICHEL

S'inscrire


Aujourd’hui âgé de la quarantaine, vous profitez pleinement de la vie, de votre famille et de vos amis dans un environnement des plus agréables. Vous êtes bien loin de penser que deux de vos trois enfants deviendront certainement centenaires. La durée de vie va continuer à augmenter de façon fort rapide, et lorsque vos enfants auront 30 ans, vous ferez partie des 2.1 milliards de personnes de plus de 65 ans, ou si vous préférez des 18 millions de français qui auront atteint cet âge. À ce moment-là, plus de 30% des adultes de votre âge souffriront d’une incapacité fonctionnelle ou d’une perte d’autonomie liée à l’avancée en âge. Serez-vous parmi eux ou parmi ceux qui seront considérés comme « en bonne santé » malgré l’existence d’une pathologie aiguë ou chronique ?
Ces données chiffrées interpellent l’ensemble de la société dans des domaines les plus divers allant de la santé à l’environnemental, au social à l’économique, mais aussi à l’éthique.
Dans ce contexte, le « bien vieillir », c’est-à-dire « le vieillir » sans incapacité fonctionnelle ni perte d’autonomie liée à l’avancée en âge apparaît essentiel ; le fait de savoir que 75% de nos gènes ont une expression variable ou modulable tout au long de notre vie prend toute son importance puisque nous sommes « les acteurs de notre propre vieillissement ». C’est dire la place considérable que doit prendre dans notre société, et tout au long de notre trajectoire de vie les notions de :
•    préservation du « capital santé »,
•    prévention ciblée,
•    interventions spécifiques tout au long de notre trajectoire de vie pour moduler les multiples processus et interactions environnementales qui interviennent dans notre avancée en âge.
Cette conception du « bien vieillir » correspond pleinement à la définition proposée en 2015 par l’OMS, affirmant que l’acquisition et le maintien des capacités fonctionnelles sont plus importants que les maladies.
Ainsi, à côté de la classique médecine d’organe, doit se développer rapidement et avec l’implication de tous, une médecine nouvelle dite « fonctionnelle ». Elle comporte la détection précoce des facteurs de risque des maladies chroniques (maladies musculo-squelettiques, diabète, troubles lipidiques, mais aussi troubles de la cognition ainsi qu’anomalies sensorielles). Il faudra aussi savoir combattre la malnutrition, les mauvaises habitudes de vie sans omettre d’agir sur les conditions environnementales et du milieu de vie.
Cela restera vrai quels que soient les immenses progrès de la biologie, de la haute technologie, de l’intelligence artificielle et de la part conséquente que prendra sous peu la robotique dans les soins.
« Vieillir en santé » est donc un enjeu majeur de santé publique. Le méconnaître entraînerait un vieillissement encore plus inégalitaire et plus coûteux.


Conférence prononcée par :

Jean-Pierre MICHEL

Professeur honoraire de médecine à l’université de Genève, membre de l'Académie nationale de Médecine (Paris – France)


Discutant :

Jacques BATTIN

Professeur honoraire de médecine à l’université de Bordeaux, membre de l'Académie nationale de Médecine (Paris – France)


Modérateur :



Informations pratiques

Lundi 1 octobre 2018 à 18 h 30
Station Ausone, librairie Mollat, 8 rue de la Vieille Tour, Bordeaux
tram B, Gambetta-madd
Accès libre, dans la limite des places disponibles, sur inscription préalable obligatoire.


S'inscrire en ligne




Les Rencontres d'Hippocrate…

Créées en octobre 2010 dans le cadre de la politique d’ouverture à la Cité de la faculté de médecine de l’université Paris Descartes, animées par Christian Hervé, les « Rencontres d’Hippocrate… » sont des conférences ouvertes au grand public. Les « Rencontres d’Hippocrate… » s’exportent en 2016 à Bordeaux, sous l’impulsion des doyens des facultés de médecine et droit de l’université de Bordeaux et du président du conseil départemental de l’Ordre des médecins.
Lors de ces soirées, des personnalités du monde de la politique, de la santé, ou des sciences humaines et sociales, viennent échanger et débattre avec le public sur des thématiques d’actualité liées à la santé et l’éthique.