Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 136

Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 136

Parution : mars 2011

Prix : 15  (format papier)

En stock, livraison en 48h


Présentation

Le Bulletin juridique du praticien hospitalier

numéro 136, mars 2011

Le Médiator...encore !

A travers cette grave affaire de santé, chacun découvre ou feint la révélation : un médicament (medicamentum : « drogue » en latin), c’est dangereux! Le couple médicamentsaffaires devient détonant. Enfin, si l’on y ajoute l’État, voici un cocktail explosif.
Que faire ?
Tout d’abord, la pharmacopée a permis de soigner et la pharmacologie procure plus de bien que de mal, il serait insensé d’avancer le contraire tant les exemples sont nombreux de soins améliorés par les progrès pharmaceutiques.
Croire que l’ingestion sans retenue de n’importe quelle molécule médicamenteuse procure la santé est une ineptie ; alors pourquoi, selon les statistiques, les Français sont-ils les premiers consommateurs de médicaments au monde ?
Imaginer qu’il n’appartienne qu’aux seuls médecins d’assurer une éducation thérapeutique du patient, c’est un rêve.
Les pays qui ne remboursent pas ou très peu les médicaments, sauf exception pour les maladies graves et chroniques, sont ceux où les gens consomment le moins. Est-ce un hasard? Alors qu’en France, le moindre des remboursements entraîne des objurgations dignes d’une meute de loups dans un univers glacial.
Penser que le remplacement de l’AFSSAPS par je ne sais quelle création étatique serait le bon remède est une utopie. N’a-t-on pas créé l’Agence du médicament pour remédier aux dérives sanitaires de l’État dans le cadre de ce que l’on a appelé le « sang contaminé » (1990) ?
Si l’État doit rester « maître du jeu », il doit éviter de fonctionnariser ses contrôles. Si l’État doit maîtriser la qualité des produits de santé, ne peut-il s’en remettre qu’à lui-même, au risque de bureaucratiser très vite les rouages qu’il a créés ?
Si l’État ne veut pas être voué aux gémonies, il est grand temps qu’il se réforme et apprenne à déléguer, sinon il y aura encore d’autres scandales sanitaires.

Sommaire Afficher

ÉDITORIAL

Le Médiator… encore !

LOIS, DÉCRETS, ARRÊTÉS

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Élimination des déchets médicaux
La situation financière globale des hôpitaux ne s’est pas aggravée en 2008
L’intégration des médicaments dans le forfait soins participe à la lutte contre leur surconsommation en EHPAD
Les défibrillateurs à la portée de tous

ÉTHIQUE, DÉONTOLOGIE

Communication d’informations scientifiques et médicales : les recommandations du CCNE

ORGANISATION MÉDICALE

L’activité privée lucrative des PH et les expertises
Lutte contre les événements indésirables dans les établissements de santé
Le statut des praticiens adjoints contractuels

DOCUMENT

La réforme de la médecine du travail

LE POINT SUR

Le dossier médical personnel (DMP)

JURISPRUDENCE

Un praticien hospitalier qui ne respecte pas l’engagement qu’il avait pris de limiter son activité libérale a commis une faute, mais l’autorité hiérarchique ayant annulé cette suspension et celle-ci ayant été en partie effectuée, la responsabilité de l’ARH est certes reconnue, mais, eu égard aux circonstances, a été réduite de moitié par le juge

QUESTION-RÉPONSE

Les indemnités versées au titre des plages additionnelles sont-elles défiscalisées ?

POINT DE VUE

Euthanasie ou discussion palliative ?

DOSSIER

Les médecins hospitaliers et la judiciarisation de la médecine


Revue : Le bulletin juridique du praticien hospitalier (ISSN 1625-4104)

Support : papier




Vous pourriez également aimer
Anciens numéros