Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 138

Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 138

Parution : mai 2011

Prix : 15  (format papier)

En stock, livraison en 48h


Présentation

Le Bulletin juridique du praticien hospitalier

numéro 138, mai 2011

Crise de la science ou crise de l’esprit scientifique ?

Quiconque a un peu vécu, c’est le cas pour l’essentiel d’entre nous, le confort matériel dont il bénéficie vient des progrès scientifiques et techniques : faudrait-il tout brader sous prétexte d’accidents aussi exceptionnels que catastrophiques ?

A l’occasion de la catastrophe nucléaire de Fukushima, la crise latente que traverse la science dans toutes ses composantes, éclate au grand jour. Or s’agit-il d’une crise de la science ou de celle de l’esprit scientifique ? La science est-elle condamnable alors qu’elle n’est que la volonté humaine ? N’est-ce pas plutôt l’homme, par son utilisation de la science, qui est en cause ? Rabelais résumait cela dans cette belle expression : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » L’homo scientificus a une pensée manifestement en crise. Jusqu’alors, la science a servi la volonté de centralisation, voire de concentration des pouvoirs. Elle a flatté l’esprit de ceux qui en bénéficiait au point qu’ils se sont crus des démiurges. L’esprit scientifique, hégémonique dans nos sociétés industrielles ou postindustrielles, ne tient absolument pas compte du bon sens naturel qui concerne tout individu, ne serait-ce dans son instinct de conservation.

C’est au nom de la science que l’esprit scientifique considère la société comme une « chose » (Émile Durkheim) dont les éléments doivent constituer un « système » (Auguste Comte) obéissant à l’État-pilote en France, ou au macrocapitalisme ailleurs.

C’est au nom de la science que l’esprit scientifique considère la politique comme une science et non comme un art, une machine plutôt qu’une harmonie ; cherchez l’erreur…

Sommaire Afficher

ÉDITORIAL

Crise de la science ou crise de l’esprit scientifique ?

LOIS, DÉCRETS, ARRÊTÉS

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Le programme santé du parti socialiste pour 2012

Pollution de l’eau du robinet par l’aluminium

Dangers potentiels des systèmes d’éclairage basés sur des diodes luminescentes

L’acupuncture et autres médecines traditionnelles sont hors conventionnement

ORGANISATION MÉDICALE

L’assurance responsabilité civile des praticiens hospitaliers dans leur pratique libérale

La participation des médecins libéraux à l’hôpital

ÉTHIQUE,DÉONTOLOGIE

L’IGAS et le don d’ovocytes en France

POINT DE VUE

La place des usagers dans le système de soins

DOCUMENT

Les soins psychiatriques sans consentement : une nécessité à encadrer

LE POINT SUR

La déclinaison de la planification régionale : la mise en oeuvre du projet régional de santé (PRS)

JURISPRUDENCE

Un praticien hospitalier peut choisir entre l’indemnisation, la récupération ou l’inscription au compte épargne-temps après une garde suivie d’un temps de travail additionnel

QUESTION-RÉPONSE

Dans quelles conditions un PH à temps partiel peut-il effectuer du temps de travail additionnel ?

DOSSIER

Les limites de la santé étatisée


Revue : Le bulletin juridique du praticien hospitalier (ISSN 1625-4104)

Support : papier




Vous pourriez également aimer
Anciens numéros