Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 154

Bulletin juridique du praticien hospitalier numéro 154

Parution : janvier 2013

Prix : 16  (format papier) 16  (format numérique)

En stock, livraison en 48h


Présentation

Le Bulletin juridique du praticien hospitalier

numéro 154, janvier 2013

Bonne année


C’est le temps des voeux... Alors pourquoi en priver nos fidèles lecteurs.
Que 2013 permette une réelle prise de conscience des forces et des faiblesses hospitalières et que d’aucuns ne jurent plus que par les autres pour accomplir les pas qu’il faut pour aller dans le bon sens.
Que 2013 suscite la réflexion pour redonner du sens à nos hôpitaux qui ne sont reconnus que par la qualité de leurs médecins.
Que 2013 voie une issue à l’enfermement médical aux seuls CHR et ouvre à tous les hôpitaux cet enseignement au lit de tous les malades, y compris ceux des « bleds » et ceux des quartiers difficiles !
Que 2013 nous donne des « leaders » capables de s’affranchir des intérêts particuliers pour atteindre le bien commun.
Meilleurs voeux...

Sommaire Afficher

ÉDITORIAL
Bonne année
LOIS, DÉCRETS , ARRÊT S
INFORMATIONS GÉNÉRALES

Désertification médicale dans les départements ruraux
Prise en charge des ALD
Déficit de médecins
La déclinaison régionale du programme hôpital numérique
ORGANI SATION MÉDICALE
 La procédure disciplinaire des praticiens hospitaliers statutaires
ÉTHIQUE, DÉONTOLOGIE
Le devenir de l’activité libérale à l’hôpital
Dossier médical personnel (DMP) : vers une deuxième génération ?
LE POINT SUR
Infirmiers : droit de prescription
DOCUMENT
Le déficit global du secteur hospitalier se réduit lentement
POINT DE VUE
À propos de la réduction des compétences de la CME ou le risque d’arbitraire concernant le processus de nomination des PH
JURISPRUDENCE
La faute du médecin régulateur du SAMU, reportant sur un enfant la responsabilité de s’assurer de l’évolution des symptômes maladifs affectant son père et lui enjoignant alors de contacter le médecin libéral de garde, engage le service public hospitalier
La détention provisoire d’un médecin attaché associé ne met pas fin à son contrat de travail, et la décision mettant fin à cet engagement entraîne la responsabilité du service public hospitalier qui doit dédommager le plaignant des sommes qu’il aurait dû normalement percevoir si le contrat n’avait été rompu
QUESTION-RÉPONSE
Le directeur peut-il refuser de reprendre le CET d'un praticien ayant pris ses fonctions dans son établissement ?
DOSSIER
Des patients en formation avec des professionnels de santé en faculté de médecine : un nouveau paradigme à l’aube de la loi HPST ?


Revue : Le bulletin juridique du praticien hospitalier (ISSN 1625-4104)

Support : papier




Vous pourriez également aimer
Anciens numéros