Philosophies du droit de la santé

Philosophies du droit de la santé

Auteur(s) : Sophie Demichel

Parution : novembre 2009

Prix : 18  (format papier) 14,40  (format numérique)

Epuisé - Existe en numérique sur www.bnds.fr


Présentation

Nous assistons à une forme d’ironie législative et jurisprudentielle qui voit le droit soumis aux lois et techniques médicales dans un mouvement d’extension du domaine du « droit médical », soit d’extension de son objet même : le corps se présente comme champ de toutes les modifications réelles du droit de l’individu.

C’est à cette remise en cause d’une « désincarnation » du sujet juridique, sans doute aux effets pervers, que nous devons aujourd’hui la radicalisation de la modification du droit que nous désignons sous le terme de « bio-identification » du sujet juridique.

Comment les traces du corps deviennent objets effectifs et modifiants du droit.

À propos de l'auteur

Sophie Demichel

Sophie Demichel

Sophie Demichel est docteur en philosophie, et enseigne à l’université Paris-8 Vincennes, à Saint-Denis.

Sommaire Afficher

Introduction
1. — Le « sujet de droit » — Principes et contradictions
2. — Le concept de « bio-identification »
3. — L’influence du critère « bio-identifiant » dans la recomposition du sujet de droit

CHAPITRE I - LA « BIO-IDENTIFICATION » COMME CRITÈRE DE L’IDENTITÉ DE LA PERSONNE CIVILE
Introduction - De la modification de la qualification du corps humain à la modification de la personnalité juridique civile
A. — L’identité filiale : vers une naturalisation du sujet de droit
Première section : Biologisation de la reconnaissance filiale
A. — Refondation de la filiation par la naturalité génétique
B. — Remise en cause des filiations de substitution
Deuxième section : Modifications de l’institution civile
A. — L’« empire du ventre » : de la substitution du ventre au mariage comme matrice institutionnelle
B. — Le sujet de droit « héritant » : vers un fondement génétique de la transmission

B. — L’identité personnelle : la personnalité juridique
Construction subjective de l’identité : les caractères du corps comme critère du statut de droit

Première section : L’identité sexuelle
A. — Y a-t-il deux sexes ? La disposition juridique de l’identité sexuée
B. — La modification sexuelle physiologique
Deuxième section : L’identité « socio-juridique »
A. — L’identité physique et esthétique
B. — Les interdits du corps : la régulation socio-sanitaire

CHAPITRE II - LA « BIO-IDENTIFICATION » COMME CRITÈRE DE L’IDENTIFICATION DU « SUJET » SOUS L’ORDRE DE L’ÉTAT
Introduction
A. - La régulation pénale
L’avènement de la preuve bio-identifiée

Première section : L’identité pénale
A. — La reconnaissance du délit : les tests ADN d’identification
B. — La présomption de délit : l’identification biologique des individus
Deuxième section : Les interdits d’identité
A. — La substitution de maternité
B. — Le clonage et les biotechnologies humaines

B. — L’identification de la « personne humaine »
Première section : limites de la personne humaine
A. — Le statut de l’embryon et des cellules foetales
B. — Le statut du cadavre
Deuxième section : la personne humaine — Une définition ambiguë
A. — Le principe de « dignité » : une qualification juridique ?
B. — Du concept de « personne humaine »

CONCLUSION - Vers une modification de la norme juridique
1. — La « bio-identification » juridique : la fin de la fiction du sujet de droit ?
2. — Extension du domaine du droit de la santé ; le droit médical comme limite de l’espace juridique
3. — La « biologisation » des critères de normalité juridique : dérive ou fatalité ?


Collection : Essentiel (ISSN 1631-9702)

Support : papier

ISBN : 978-2-84874-127-7

Format : 115x180 mm

130 pages




Vous pourriez également aimer
Dans la même collection