Présentation

Associer mort et droit de la santé peut sembler déroutant. Pourtant, les années 2015 et 2016 ont été marquées par des évolutions législatives et jurisprudentielles majeures qui traduisent l’appréhension de la fin de la vie par le droit de la santé. La loi n° 2016-87 du 2 février 2016  a d’ailleurs renforcé l’obligation des médecins de prendre en compte la volonté du malade, ce qui a conduit les auteurs à analyser plus largement les limites juridiques du respect de la volonté de chacun à l’épreuve de la mort.

La volonté est ainsi retenue comme notion centrale dans la rencontre entre la mort et le droit de la santé. Le juriste connaît mieux le consentement que la volonté. Le consentement est déterminant dans la relation de soins mais cette dernière implique souvent le corps affaibli, souffrant et diminué d’une personne qui n’est plus en mesure d’indiquer ce qu’elle souhaite. Par conséquent, à défaut de consentement, c’est la volonté du patient qui devra être recherchée.

La volonté exprimée du vivant perdure après la mort dans les obligations laissées aux descendants de respecter la mémoire du défunt et ses choix. Aussi l’ouvrage se partage-t-il entre la volonté du vivant et celle du de cujus. La volonté du vivant face à la mort peut concerner sa propre mort ou bien celle de tiers. La volonté du de cujus s’exprime, quant à elle, à l’épreuve de l’usage de son cadavre et de l’intérêt des tiers.

À propos des auteurs Afficher

Augustin Boulanger

Augustin Boulanger

Augustin Boulanger est doctorant à Aix-Marseille Université, LDPSC (EA 4690) et doctorant CIFRE au centre de soins palliatifs « La Maison » (Gardanne).
Faustine Corti

Faustine Corti

Faustine Corti est en master 2 Droit médical et pharmaceutique (Aix-Marseille Université), stagiaire à la direction des affaires juridiques, Structure fédérative de recherche ASMES, direction de la recherche et de l’innovation du CHU de Montpellier.
Julien Couard

Julien Couard

Julien Couard est maître de conférences à l’université de Toulon et membre du Centre de droit et de politique comparés – Jean-Claude Escarras, UMR CNRS 7318 DICE.
Marie Douris

Marie Douris

Marie Douris est docteur en droit et habilitée à diriger des recherches et membre du Centre européen de recherches en droit des familles, des assurances, des personnes et de la santé, CERFAPS EA 4600 de l'université de Bordeaux.
Chloé Giquel

Chloé Giquel

Chloé GIQUEL est juriste, responsable administrative de la Structure fédérative de recherche, CHRU de Montpellier, Structure fédérative de recherche ASMES, direction de la Recherche et de l’Innovation, direction des affaires juridiques, CHU de Montpellier.
Virginie Larribau-Terneyre

Virginie Larribau-Terneyre

Virginie Larribau-Terneyre est professeur à l’université de Pau et des Pays de l’Adour.
Antoine Leca

Antoine Leca

Antoine Leca est agrégé des facultés de droit, professeur à l’université Paul Cézanne d’Aix-Marseille et directeur du CDSA (EA n° 3242).
Claire Marliac

Claire Marliac

Claire Marliac est maître de conférences de droit public HDR à l'École de droit de l’université d’Auvergne, Centre Michel de l’Hospital, EA 4232.
Jeanne Mesmin d’Estienne

Jeanne Mesmin d’Estienne

Jeanne Mesmin d’Estienne est docteur en droit public.
Guylène Nicolas

Guylène Nicolas

Guylène Nicolas est maître de conférences à la faculté de droit d'Aix-Marseille (CDSA), directrice de l’Institut de droit médical et pharmaceutique, et directrice adjointe du Centre de droit de la santé, EA 3242.
Anne-Claire Réglier

Anne-Claire Réglier

Anne-Claire Réglier est maître de conférences de droit privé à Aix-Marseille Université, Centre de droit économique (EA4224).
Caroline Siffrein-Blanc

Caroline Siffrein-Blanc

Caroline Siffrein-Blanc est maître de conférences à Aix-Marseille Université, LDPSC, EA 4690.
Jean-Philippe Vauthier

Jean-Philippe Vauthier

Jean-Philippe Vauthier, ancien secrétaire général du comité de protection des personnes Est III, est docteur en droit à l'université de Lorraine et chercheur associé. Il est également chef de projet de recherche SHS en droit de la santé, CHRU de Montpelllier.
François Vialla

François Vialla

François Vialla est directeur du Centre européen d'Études et de Recherche Droit & Santé, UMR 5815, SFR ASMES CHU de Montpellier, et professeur des universités à l'université de Montpellier.
Vincent Vioujas

Vincent Vioujas

Vincent VIOUJAS est directeur d’hôpital et chargé d’enseignement en droit de la protection sociale et droit hospitalier à la faculté de droit et de science politique d’Aix-en-Provence (AMU). Chercheur associé au centre de droit de la santé (UMR 7268), il travaille sur le droit des établissements de santé, l’assurance maladie et la responsabilité médicale. Il est l’auteur de nombreuses publications sur ces thèmes.
Charlotte Watson

Charlotte Watson

Charlotte Watson est stagiaire-élève avocate à la direction des affaires juridiques du CHU de Montpellier.

Sommaire Afficher

Avant-propos
Antoine Leca

Introduction
Guylène Nicolas, Anne-Claire Réglier

I. La volonté du vivant
A. À l’épreuve de sa propre mort


Virginie Larribau-Terneyre
De 2005 à 2016, les lois françaises sur la fin de vie

Anne-Claire Réglier
Les limites du respect de la volonté exprimée dans les directives anticipées

François Vialla
La volonté exprimée : sédation profonde, euthanasie et suicide assisté (Approche comparative)

Augustin Boulanger
La volonté exprimée : sédation profonde, euthanasie et suicide assisté (Approche de droit comparé)

B. À l’épreuve de la mort engageant des tiers

François Vialla, Jean-Philippe Vauthier, Chloé Giquel, Charlotte Watson, Faustine Corti
« νέα γὰρ φροντὶς οὐκ  λγεῖν φιλεῖ » : la « méprise » d’Euripide, quand le début de la vie croise la fin de vie

Marie Douris
L’absence de volonté et la fin de vie : les droits du malade privé de ses moyens d’expression

Vincent Vioujas
Entre droit civil et droit de la santé : la volonté du majeur protégé à l’épreuve de la mort

II. La volonté du de cujus
A. À l’épreuve de l’usage de son cadavre


Marine Gaboriau
Don du cadavre à la science : quand le cadavre sert le droit à la santé

Caroline Siffrein-Blanc
Tests génétiques post-mortem : quelles volontés ?

Jeanne Mesmin d’Estienne
Croire pour le temps où l’on n’est plus. Le respect de la liberté de religion du de cujus à l’épreuve de la prise en charge du corps défunt

B. À l’épreuve de l’intérêt des tiers

Julien Couard
Les réactions familiales au devenir des organes d’un défunt (Approche de droit comparé)

Claire Marliac
Mort et sécurité sanitaire. Des exigences certaines, des volontés encadrées

Guylène Nicolas
Le suicide : une volonté réalisée de mourir

Synthèse
Anne-Claire Réglier, Guylène Nicolas


Revue : Les cahiers de droit de la santé (ISSN 1774-9832)

Support : papier

ISBN : 978-2-84874-673-9

Format : 160x240 mm

316 pages




Vous pourriez également aimer
Anciens numéros